> Espace Alain > Etudes sur Alain > Gisèle Brelet, Alain et la Musique

Dans la même rubrique

  • Gisèle Brelet, Alain et la Musique
    NRF, Hommage à Alain, septembre 1952
Le travail esthétique d’Alain est considérable, et son amour de la musique, qu’il pratiquait en amateur averti était immense. Gisèle Brelet revient sur la fonction de la musique dans la pensée d’Alain.

"Beethoven, selon Alain, excelle dans l’évocation et l’apaisement du bruit. Il excelle aussi à faire exister l’âme sé¬parée de la musique, le thème informulable qui secrètement règne sur ses variations. C’est précisément lorsque le thème n’est plus dans les sons qu’il chante le mieux : car il n’est plus alors que le chant d’une conscience qui le recompose ; et la musique, s’affranchissant de la musique sonore qui est compromis avec le bruit, se réduit à soi et coïncide avec son essence humaine et spirituelle. Le musicien moderne se plaît à susciter et ressusciter le bruit. Mais, selon Alain, qu’importent les dissonances et leur charme barbare, le déchaînement des bruits, s’ils ne sont vaincus par la loi musicale ? La musique moderne ne vaut que par son pouvoir de transformer en consonances les dissonances, de trouver, au sein des bruits, une harmonie et une musique neuves. Et en vérité il n’y a pas de limites aux hardiesses, car le public peu à peu se forme, et apprend à reconnaître la musique au sein du bruit. Ainsi, dans la musique moderne, grâce à ces bruits sauvés parce que soumis à la loi musicale, se trouvent sauvées aussi de nouvelles émotions."

Lire la version intégrale
- 

PDF - 319.1 ko
Gisèle Brelet, Alain et la Musique (pdf)

en PDF
- 

RTF - 117.6 ko
Gisèle Brelet, Alain et la Musique (RTF)

en RTF