> Espace Alain > Oeuvres d'Alain > Politique
  • Politique
    Edition établie par Michel Alexandre Paris, Presses Universitaires de France, 1952

« Vous me feriez comprendre pourquoi la politique est métaphysique et la métaphysique si promptement politique. Car la Raison qui est un entendement errant, ne se peut fixer que par décret et ce sont les passions qui décrètent... Le fait est qu’on n’a point encore rencontré sur cette planète une politique d’entendement ».

Alain, Entretiens au bord de la mer, I

Sommaire

Note de l’éditeur (V-XI). Introduction : 2 Propos de 1923 : « Ne faites donc pas de politique », « Taisez-vous donc, blasphémateur ». Prologue : 30 Propos d’avant 1914 (Propos d’un Normand) déjà publiés dans Eléments d’une doctrine radicale (Gallimard, NRF, 1925) et dans Le citoyen contre les pouvoirs (Kra, 1926). Le prologue s’achève sur le Manifeste au peuple allemand, ébauché en 1916 dans les tranchées, qui avait circulé sous la forme de quelques exemplaires clandestins, mais était depuis demeuré inédit. 99 Propos choisis parmi les Libres Propos (1921-1935). I : Propos 1-29, 1921-1927 (« Après-Guerre »). II : Propos 30-69, 1927-1931 (« Trêve »). III : Propos 70-99, 1932-1935 (« Menaces »). Epilogue : « L’union fait la force » (1928), « Hardi ! Encore un coup ! » (1935)

Présentation

Ce recueil est le dernier qu’ait supervisé Alain, qui ne se satisfaisait pas de l’idée d’une reconduction pure et simple de ses recueils classiques de propos de politique (Eléments d’une doctrine radicale, Gallimard, 1925, Le citoyen contre les pouvoirs, Rieder, 1926, Propos de politique, Rieder, 1934). Alain n’eut que le temps d’opérer, dans la sélection proposée par Michel Alexandre, son propre choix, choix auquel Alexandre demeura fidèle, ainsi qu’à l’ordre chronologique de la présentation : « L’ordre chronologique est celui pour lequel Alain s’est prononcé toutes les fois qu’on lui a demandé de publier des Propos (...) Un tel ordre (...) valait à ses yeux comme un ordre de pur hasard, autrement dit (...) comme un refus de tout ordre systématique, et même de tout ordre préconçu, à plus forte raison de toute ordonnance introduite après coup » (Introduction de l’Editeur").