• Compte rendu de l’assemblée générale de l’Association
    L’AG s’est tenue le 23 juin 2012 dans les locaux de la Mairie du Vésinet

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU SAMEDI 23 JUIN A LA MAIRIE DU VÉSINET

Participants : Emmanuel Blondel ; Thierry Leterre ; Pierre Heudier ; Renée-Laure Maupas ; Catherine Langevin ; Josette Hubert ; Philippe Montbord ; Pierre Gauthier ; Jean-Michel Muglioni ; Alain Zalmanski ; Vincent Citot ; Catherine Guimond ; Léon Guerrini ; Bernard Varoqui ; Simone Mahieu ; Philippe Monart ; Elisabeth Hameau ; Pierre Gauthier ; Renée-Laure Maupas ; Patrice Henriot ; Jean-Michel Muglioni ; Patrice Henriot ; Emile Jalley ; Michèle Magnan ; Catherine Diemer ; Géraldine Santrot ; Henri-Georges Muller et Sandrine ; Jean Oudot ; Alain-Marie Foy ; Alain Grenet ; Jean-Marie Lochet ; Georges Kassabgi ; Frédéric Baumer.

Pouvoirs : 51 adhérents ont délégué leur pouvoir.

Rapport d’activités

(Emmanuel Blondel)

Le riche rapport d’activités d’Emmanuel Blondel est à lire en fin de cette synthèse des autres points abordés.

Point financier

(Renée-Laure Maupas)

Total des dépenses en 2011 : 4630 euros Total des recettes : 5595 euros. Le solde positif de 965 euros est essentiellement dû au fait que nous n’avons édité qu’un seul bulletin en 2011. A noter que le fait de se réunir à la Mairie du Vésinet permet une économie de 350 euros, prix de la location de la salle au lycée Henri-IV (lequel est néanmoins notre siège social actuel). 157 adhérents seulement étaient à jour de leur cotisation fin 2011, pour 330 bulletins envoyés. C’est une difficulté récurrente de notre Association.

L’Assemblée, à l’unanimité, approuve les comptes pour l’exercice 2011.

La Lettre de l’Association des Amis d’Alain

Il est décidé de ne publier qu’un seul bulletin annuel, au lieu de deux comme précédemment. Pour compenser, et pour entretenir l’intérêt pour la pensée d’Alain auprès de nos adhérents et de nos sympathisants, il est envisagé de réaliser une ‘Lettre de l’Association des Amis d’Alain’ qui paraîtra plusieurs fois par an. Le format sera de 4 pages A4, soit une feuille A3 pliée en deux. Une prochaine réunion devra définir les contours de cette lettre : présentation, contenu, périodicité, mode d’acheminement, etc.

Le site Internet alinalia.free.fr

Le site est actuellement tenu par Frédéric Baumer, le Secrétaire de l’Association. Thierry Leterre, grand connaisseur en techniques informatiques, envisage de réaliser une ‘migration’ de ce site vers un support plus attractif, plus souple à mettre à jour, comportant plus de visuels (photos, tableaux d’Alain, vidéos de conférences, diaporama des conférences sur Alain de Pierre Heudier), et un rubriquage mieux adapté à nos projets.

Composition du Bureau

o Emmanuel Blondel, comme il s’en explique dans son rapport d’activités infra, présente sa démission de Président de notre Association, mais accepte de conserver des responsabilités éditoriales.

o Thierry Leterre, actuel vice-Président, propose sa candidature comme Président. Candidature acceptée à l’unanimité.

o Catherine Langevin, actuelle Trésorière-adjointe, prend sa retraite en fin d’année. De ce fait, elle doit quitter la maison d’Alain, qu’elle occupait au titre de Bibliothécaire de la ville du Vésinet. Catherine Langevin pose la question de sa succession dans ses responsabilités de Trésorière-adjointe. Madame Simone Mahieu, une Vésigondine, se propose de l’aider dans ses tâches.

Le Fonds Alain

Le départ de Catherine Langevin de l’ancienne maison habitée par Alain ouvre une perspective quant à l’archivage du fonds Alain. En effet, le Président de l’Institut Alain, Alain Zalmanski, souligne que le testament d’Alain spécifie que les droits d’auteur de son œuvre sont dévolus à la municipalité du Vésinet, à condition d’entretenir sa maison à des fins culturelles. On peut donc envisager une convention avec Le Vésinet, pour installer le fonds Alain au 75, avenue Emile Thiébaut. L’Institut Alain et l’Association des Amis d’Alain pourraient se rapprocher, de façon à concevoir une animation dans ces locaux.

________________________________

LE RAPPORT D’ACTIVITES D’EMMANUEL BLONDEL, PRESIDENT DE L’ASSOCIATION

Mes chers amis,

En relisant les comptes rendus de nos dernières assemblées générales, je me suis rendu compte que depuis qu’elles se tiennent plutôt en juin qu’en mars, nous avions tendance à confondre le bilan de l’année civile et celui de l’année scolaire. Je m’efforcerai de distinguer ce qui accompagne légitimement le rapport financier, soit l’année 2011, et un rapide point sur le premier semestre 2012 qui s’achève.

Je commence par renouveler mes excuses concernant le choix de ne publier qu’un bulletin, épais il est vrai (mais il y en eut d’autres), numéroté 111-112, en lieu et place de nos deux bulletins habituels. Cela nous permet un excédent budgétaire, ce qui mérite d’être signalé de nos jours, mais assez illégitime. Il y a des déficits légitimes, voire louables. Ce bulletin s’est fait l’écho de la richesse de l’année 2010 : parution des Souvenirs sans égards suivis du Traité des outils et de Dix leçons d’astronomie - l’ensemble procédant d’un travail de restitution qui s’est largement opéré dans les colonnes de nos Bulletins, puisque les deux œuvres « complémentaires » y avaient été restituées. Les Dix leçons d’astronomie y étaient déjà suivies d’un choix de Propos opéré par Georges Pascal. Parution encore de L’instituteur et le sorbonagre - 50 Propos sur l’école de la République, aux éditions des Mille et une Nuits, qui avaient déjà donné les désormais célèbres Propos impertinents - pour l’essentiel, en l’occurrence, des propos inédits d’avant-guerre. Ces deux parutions ont fait l’objet de recensions louangeuses dans Libération, L’Humanité, plus récemment dans le Canard enchaîné, et sur bien des sites internet, et leur succès est de bon augure, d’autant que le volume des Souvenirs sans égards est tout sauf facile d’accès. Nous rappelons et saluons également la parution de l’ouvrage de Baptiste Jacomino, Alain et Freinet : une école contre l’autre ? (édition l’Harmattan).

Le lycée Alain du Vésinet a marqué le soixantième anniversaire de la mort du philosophe par l’organisation d’une exposition et d’une journée de conférences à l’intention des élèves du lycée. Yves Dorion nous a gratifiés d’une belle conférence consacrée à Alain politique, Emmanuel Blondel consacrant son intervention aux Beaux-arts. Un public nombreux et attentif, des débats riches, pour l’essentiel avec les collègues du lycée, qui se sont prolongés lors du repas offert aux intervenants par l’établissement. Nous espérons que cette initiative, bien édulcorée par rapport au projet initial, inaugurera un renouveau pour la présence d’Alain en « son » lycée, et plus largement au Vésinet. La réunion d’aujourd’hui va aussi dans ce sens.

Une gerbe a également été déposée au cimetière du Père-Lachaise à la date anniversaire de la mort du philosophe.

J’ai par ailleurs répondu en avril (2011, toujours...), à l’initiative de notre ami Henri-Georges Muller, à l’invitation du lycée Vaugelas de Chambéry pour une conférence consacrée à Alain et l’éducation : là encore, rencontre « conférence et débat » avec deux classes du lycée, puis conférence le soir sur l’éducation, autour de la publication alors récente des Souvenirs sans égards.

L’année 2011 devait voir s’achever la préparation du Journal d’Alain. Pierre Zachary a pratiquement achevé la révision du texte, mais certaines vérifications se sont encore avérées indispensables, qui nécessitent un retour aux sources, soit à la Bibliothèque nationale. Jean-Marie Allaire a dessiné le cadre historique qui permettra de resituer ces textes dans leur contexte mouvementé. Emmanuel Blondel y a intégré les entrées de l’almanach de Marie-Monique Morre-Lambelin, qui offrent en contrepoint l’évolution de la santé d’Alain et un certain nombre d’événements (visites, correspondance) qui en éclairent les allusions. Le travail d’annotation n’a pu être achevé. Le choix a été fait de ne revenir vers Flammarion qu’avec un premier état publiable, sinon définitif.

Il en va de même de la préparation des œuvres de jeunesse chez Vrin et du projet de relance du fonds Gallimard (reprise des Propos d’un Normand en intégrale, correspondance de guerre, édition séparée de Les idées et les âges et de Histoire de mes pensées, comme de Souvenirs de guerre). Espérons que l’accueil favorable qui nous avait été réservé par Eric Vigne nous sera confirmé.

Les éditions des Mille et une nuits ont fait paraître le volume « L’instituteur et le sorbonagre : 50 propos sur l’école de la République » - les mêmes procèdent également en cette année 2012 à une nouvelle réimpression des Propos impertinents. Nous leur avons présenté ce mois de mars trois projets : le Marx de 1950, une série de propos sur la coopération et un premier « Supplément aux Propos d’économique » extrait de la recension des libres propos inédits effectuée par Pierre Zachary et Jean-Marie Allaire.

Nous avons pu procéder, en collaboration étroite avec Pierre Zachary, à la réédition des Propos d’un normand de 1906. Le travail était lourd, car l’essentiel des fichiers qui avaient servi à préparer la première édition étaient endommagés. Il fallait de plus intégrer un grand nombre de corrections et surtout de mises à jour, puisqu’un grand nombre de manuscrits ont refait surface depuis la parution du volume. Il convenait également d’indiquer l’évolution de la bibliographie, de nombreux propos de 1906 ayant depuis cette première parution trouvé place dans de nouveaux recueils de Propos d’Alain - signe de la pertinence de cette entreprise.

Parallèlement, l’Institut Alain a fait paraître les actes du colloque de Cerisy-la-Salle (1974), sous l’intitulé Alain, philosophe de la culture et théoricien de la démocratie, qui n’existaient jusqu’ici que sous forme dactylographiée, ainsi que le cours de philosophie de Jules Lagneau prononcé en 1892-93, qui fut la dernière année d’enseignement du maître d’Alain, celle au cours de laquelle fut par ailleurs prononcé le célèbre Cours sur Dieu. Catherine Guimond m’avait également communiqué aux journées de Mortagne quatre cahiers manuscrits d’un élève d’Alain au lycée Henri-IV. L’un de ces cahiers a pu être reproduit dans notre Bulletin 111-112.

Beaucoup de signes nous viennent d’Italie. Nous avons reçu de bonnes nouvelles de Gabriella Fiori, qui a prononcé en octobre à Vérone une conférence intitulée « Le legs tangible dans le but de tisser une civilisation humaine de deux « enracinés dans la vie » de notre temps : Alain et Simone Weil ». Dans le même temps, un jeune maître de conférences de Peurgia, Massimiliano Marinelli, travaille sur Alain interprète de Descartes. Au Japon, notre ami Mikio Kamiya poursuit sa geste avec un succès éditorial phénoménal, et se propose ni plus ni moins que de traduire l’intégralité des Libres Propos - ce qui devrait nous obliger à en préparer une édition critique intégrale française avant qu’elle n’existe là-bas. Renzo Ragghianti nous a communiqué récemment une demande concernant la bibliothèque d’Alain, puisqu’on s’occupe là-bas d’établir un catalogue des bibliothèques de grands écrivains et de philosophes. Demande transmise à Mortagne.

En France, Pierre Heudier poursuit ses pérégrinations, dont vous trouverez le sommaire sur notre site Internet alinalia.free.fr et dans les pages à de notre prochain Bulletin, au rythme d’une ou deux conférences par mois dans toute la France. Il y gagne des lecteurs, des adhérents, travail de fond qui en fait sans doute parmi nous le plus efficace acteur du rayonnement d’Alain.

L’année 2012 semble annoncer un retour en grâce universitaire d’Alain, dans des contextes parfois bien différents. Le volume Alain, littérature et philosophie mêlées, reflet d’un colloque organisé à la Sorbonne et à la rue d’Ulm en octobre 2009, est enfin paru aux Presses de l’Ecole Normale Supérieure. « Ce qui est éternel... ». Ce colloque avait manifestement permis à de jeunes et moins jeunes chercheurs de découvrir un grand penseur, un grand écrivain, et un profond penseur de l’écriture. Depuis, Natalie Depraz, Maître de conférences à Rouen, a sollicité les associations aliniennes pour l’organisation d’une journée consacrée en avril à « Alain et l’enseignement de la philosophie ». Y ont participé Pierre Heudier, Philippe Monart, Thierry Leterre et votre serviteur. J’ai pu y présenter le Cours de philosophie de l’année 1900-1901, et en approfondir la lecture un peu plus tard, ayant été invité fin mai à participer à un séminaire de sciences politiques à l’Université de Strasbourg consacré à la notion d’habitus, pour y restituer à travers Alain la tradition de la pensée de l’habitude dans la philosophie française. Natalie Depraz a quant à elle prévu une deuxième journée consacrée à « Alain et la philosophie française » le 11 septembre prochain à l’Université de Rouen.

Le contexte semble donc favorable, et il est d’autant plus dommage que le temps m’ait manqué pour mener à bien la préparation du texte du Journal d’Alain, dont nous avions cru pouvoir annoncer la parution en 2012. En cette année un peu compliquée pour moi, j’ai mesuré une nouvelle fois à quel point le rayonnement d’Alain et la vie de l’Association doivent reposer sur davantage d’épaules. A l’occasion de mon prochain déménagement en Midi-Pyrénées, j’ai souhaité par ailleurs remettre ma démission de Président de l’Association des Amis d’Alain, en espérant favoriser cette dynamique universitaire qui nous manque encore. Thierry Leterre a accepté d’assurer cette présidence, ce dont je le remercie vivement. Outre ses qualités de spécialiste, de biographe et d’exégète d’Alain, il a la présence, la reconnaissance universitaire et éditoriale qui peut donner bien plus d’échos à nos travaux que n’ont pu le permettre mes obscurs efforts, souvent confidentiels. Il faut que nous offrions plus de visages à ceux qui se tournent vers Alain pour des raisons tout à fait diverses. Et je renouvelle ici mes appels à toutes les bonnes volontés qui voudraient initier ou soutenir les initiatives nécessaires au rayonnement de la pensée d’Alain. Il y a du travail en liaison avec l’Institut, pour l’administration littéraire de l’œuvre, un travail d’organisation de manifestations, d’ouverture aux associations d’amis d’écrivains (Sartre, Giono, Bergson, Prévost, Canguilhem...). Mais pour s’ouvrir il faut être plus nombreux et plus actifs. Cette démission n’est donc absolument pas un départ, mais un pas vers davantage de collégialité, et c’est ainsi sans doute le dernier rapport d’activités que je vous soumets, comme, avec l’aide de Jean-Michel Muglioni, le prochain Bulletin sera sans doute le dernier que je composerai, ce qui me permettra peut-être de contribuer d’autant plus à son contenu.

Ne baissons donc pas les bras. Alain, partout où il est lu (mais il faut en créer les conditions), rencontre une attente, aussi diverse que son génie et son existence le furent. Et ceux qui le sentent ont bien besoin de nos associations pour nourrir leurs efforts et leurs travaux. Nous perdons des adhérents - essentiellement, je pense, parce que beaucoup de nos amis vieillissent un peu. Parmi les acteurs, certains, qui ont beaucoup œuvré, prennent ces temps-ci un peu de distance : Pierre, Jean-Marie, même Robert... or la tâche est immense. Aujourd’hui, il me semble que l’effort doit se concentrer sur une sorte d’inventaire général et d’établissement critique de tous les textes disponibles, non seulement pour favoriser plusieurs projets d’édition, mais pour préparer le jour où Alain tombera dans le domaine public. Pierre Zachary a déjà effectué un énorme travail en ce sens, surtout en ce qui concerne les œuvres et les Propos. Il semblerait souhaitable que se manifestent, outre les personnalités qui travaillent régulièrement sur Alain ou qui sont capables d’exercer par leurs qualités et leurs travaux un regard évidemment légitime sur nos activités, un certain nombre de collaborateurs actifs qui accepteraient de prendre en charge thématiquement cet héritage, et s’en rendraient compte lors de rencontres de synthèse, réelles ou virtuelles. Un site Internet pourrait servir de lieu virtuel où se rassembleraient ces textes et les résultats de ces travaux, tous consultables sous condition. Parmi les blocs thématiques :

- édition critique des œuvres
- édition critique des Propos
- édition critique des articles
- édition critique de la correspondance
- édition critique des dédicaces
- édition critique des cours
- édition critique des Paralipomena
- recensement et numérisation des peintures et dessins
- catalogue de l’héritage (en relation avec Mortagne ?)
- recueil des articles et textes divers consacrés à Alain.

Faute de numérisation, le maquis des textes publiés est en effet devenu inextricable.

Vous l’avez compris, les activités de l’Institut Alain et celles de l’Association se doivent d’être de plus en plus solidaires. Nous réfléchissons d’ailleurs à une possible intégration de l’un au sein de l’autre, ce qui permettrait de fédérer les efforts et de ne pas désorienter nos interlocuteurs.

Je vous remercie.


L’après-midi de cette Assemblée Générale, Thierry Leterre a donné une conférence sur : « Alain et le chef : commander, obéir, se soumettre ou se rebeller ». Un extrait de cette conférence sera mis prochainement en ligne sur ce site. L’intégralité en sera publiée dans le prochain bulletin de l’Association.