> Espace Alain > Etudes sur Alain > Henri Mondor — Alain et Valéry

Dans la même rubrique

  • Henri Mondor — Alain et Valéry
    Nouvelle revue française, septembre 1952, pp. 193-203
Henri Mondor (1885-1962) a laissé le souvenir d’un grand médecin et d’un grand homme de lettres, membre de l’Académie française. Il a raconté comment il avait mis en relation Valéry et Alain, qui vouait à la poésie de ce dernier une grande admiration, dont témoignent les commentaires qu’il a consacrés à son oeuvre.

...Un après-midi de 1927, je montrai à Alain, qui se plaisait à voir aimer les livres, une nouvelle édition de Charmes. Tout objet l’inspirait et déclenchait instantanément sa prodigieuse voltige d’idées et un sûr déploiement d’images ; or, les marges et le papier de l’exemplaire paraissaient surtout le tenter. « Voulez-vous, lui demandai-je, écrire autour des poèmes, tout ce que la lecture et l’instant vous dicteront ? - Pourquoi pas ? » Et je pensai, je crois : « Que n’a-t-on recueilli, de la même façon, un tome de Ronsard annoté par Montaigne, un Racine commenté par La Bruyère, un volume de Vigny laissé aux mains de Sainte-Beuve et couvert de sa petite écriture ? »

- Pour une brève biographie de Mondor, voir le site de l’Académie française.

RTF - 26.2 ko
Texte en rtf
PDF - 105.4 ko
Texte en pdf