accueil

Alain - Dédicaces à Marie-Monique Morre-Lambelin

Texte établi et présenté par Robert Bourgne et Emmanuel Blondel
1 volume, 174 pp., Paris, Institut Alain, octobre 2007 (commander)

Introduction de Robert Bourgne

 

Dédicaces

 

Bibliographie des ouvrages dédicacés par Pierre Zachary

 

 
Dédicace aux marchands de sommeil (1904)

Exemplaire de ma sœur Monique

Je veux fixer ici le souvenir d'une mémorable promenade sur la pelouse, qui fut l'effet produit sur vous par la lecture de l'introduction aux Marchands, que je venais d'écrire.
C'était en vous un mélange d'enthousiasme et de reproche ; et il est vrai que je mérite l'un et l'autre ; le reproche par une certaine indifférence qui n'est toutefois que de surface. J'aime mieux ce morceau que l'autre. L'autre, vous le savez, fut pris dans mes cahiers d'exercices, et péniblement cousu, et même dans le désespoir. Or il arriva que ce discours fut très critiqué et très loué, et enfin fit du bruit. Barrès m'en fit dire plus d'un mot ; mais je restai sourd. Les passions politiques m'ont toujours conduit et je ne pense pas que je change jamais là-dessus. L'avertissement, que je juge digne de vous être offert, dit justement cela même. On voit bien que la guerre a effacé les politesses.

A vous de cœur,

Alain - Noël 1919
 

La dédicace est devenue chez Alain une sorte de genre littéraire. Elle s'empreint de la présence du ou de la dédicataire et l'adopte pour porter regard sur l'œuvre dédicacée dans son contenu ou les hasards de sa genèse. Mais elle est plus que cela lorsqu'elle s'adresse à Marie Monique Morre-Lambelin. Elle retrouve le sens originel du geste par lequel un auteur plaçait son œuvre sous le parrainage du protecteur qui devait lui apporter son autorité morale, politique ou littéraire. Alain qui ne reconnaissait d'autre autorité que celle de Lagneau, pensait aussi qu'il n'eût guère approuvé le journalisme issu de son engagement politique. Marie Monique Morre-Lambelin s'identifia à sa fidélité à Lagneau et inventa une foi exigeante en son propre génie.

R. Bourgne